Learning from Place: A Return to Traditional Mushkegowuk Ways of Knowing

L’article suggère une « critique pédagogique du lieu » qui vise à : 

  • Identifier, récupérer et créer des espaces matériels et des lieux qui nous apprennent à bien vivre dans notre total environnement (réhabilitation)
  • Identifier et modifier les modes de pensées qui blessent et exploitent d’autres personnes et lieux (décolonisation) (p.74). 
  • Énumérez certaines façons dont vous envisagez la « réhabilitation » et la « décolonisation » tout au long du récit. Comment pourriez-vous adapter ces idées en considérerant le lieu, dans vos propres domaines et enseignement ?

La réhabilitation et la décolonisation sont les deux thèmes clés de cet article. 

Un exemple de réhabilitation est le voyage fluvial entre les aînés et les jeunes. En faisant l’excursion le long de la rivière, une carte s’est créée en mettant en évidence les principaux domaines historiques et culturels de la culture autochtone. Les aînés ont appris aux jeunes à vivre de la terre, à utiliser l’eau etc. Lorsque les générations se sont rassemblées sur le territoire, elles sont pues faire progresser la reconnaissance et la valorisation du savoir, de la culture et de l’identité culturelle des Mushkegowuk, en les faisant participer à des activités qui ont permis de renforcer la communauté (p.70). Les interactions entre les jeunes et les aînés sont un exemple même de réhabilitation car les connaissances partagées ont permis de redonner un sens et de la valeur à la terre autrefois abandonnée. Les aînés et les jeunes partageaient les relations entre les peuples et les terres, ainsi que les questions de gouvernance et de gestion des terres. Les terres des Autochtones sont divisées et réglementées par les espaces de la Couronne sous forme de traités et de réserves. Ce contrôle et cette manipulation ont eu et continuent d’avoir des impacts considérables sur ces peuples (affaiblissement des langues autochtones, perte des connaissances de survie etc.)  

Une façon de décolonisation se retrouve aussi dans le voyage fluvial où les générations se réunissaient sur leurs terres et sur leurs eaux pour faire l’expérience ensemble de manière traditionnelle. Par exemple, ils ont réincorporé la langue autochtone en attribuant des noms originaux en “cri”, ce qui a permis de retrouver l’héritage de leurs terres. La manière traditionnelle a permis de retrouver le savoir et la langue qui ont été menacés par la colonisation. La décolonisation s’est produite lorsque les habitants ont parlé librement dans leur propre langue “cri” et partage leurs connaissances traditionnelles, en renommant les lieux d’origine en noms orignaux. 

Après avoir lu l’article et suivit le cours de Michael Capello, j’ai commencé à comprendre à quel point le lieu est important et le rôle qu’il joue dans l’éducation et dans notre vie en général. Je pense qu’on ne peut pas avoir une idée sur notre propre identité sans comprendre et connaitre l’histoire du lieu où l’on vit (ou l’on vient). 

Lorsque j’enseignerais la réhabilitation et la décolonisation, je réfléchirais à des moyens adaptés au contexte actuel, en fournissant des exemples de systèmes historiques et coloniaux, qui sont des enjeux dans notre société. Je remettrai toujours en question l’histoire implicite de mon enseignement. Je ferai par exemple, appelle à un invité comme un aîné pour venir parler de la culture autochtone. Le fait d’avoir des invités au cours qui ont vécu les faits, est beaucoup plus marquant que si l’histoire était racontée dans un manuel scolaire. Être ouvert à recevoir des invités est une excellente manière d’intégrer la culture autochtone dans la classe. Également au niveau de la pratique, si j’emmène les élèves en excursion pour découvrir la nature, je leur transmettrai des connaissances historiques sur l’endroit afin qu’ils comprennent le lieu dans lequel ils se promènent pour qu’ils puisse mieux l’apprécier. 

Référence: Restoule, J., Gruner, S. et Metatawabin, E. (2013) Learning from Place: A Return to Traditional Mushkegowuk Ways of Knowing. CANADIAN JOURNAL EDUCATION, 36, (2). (p 68-86) Repéré à : https://drive.google.com/file/d/1dI7wj8JcsOuMVHjWx1aKJy3XzCSoyYuc/view?usp=sharing

Advertisements

Published by Virgcha07

Je suis originaire de la Polynésie Française. Je suis dans ma deuxième année d'études dans le programme du BAC en éducation afin de devenir officiellement une enseignante d'immersion française en Saskatchewan.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create your website at WordPress.com
Get started
%d bloggers like this: